Clavier médical : la technologie au service de la santé

Contrairement au clavier classique, le clavier médical doit pouvoir être à la fois hygiénique et facile d’entretien, mais aussi être résistant aux produits ménager utilisés dans les milieux de santé. Dans la mesure où l’ordinateur s’invite désormais partout, certaines sociétés se sont spécialisées dans la conception d’un tel dispositif, permettant une personnalisation inégalée tout en respectant le cahier des charges.

Les caractéristiques du clavier médical

De par son environnement, le clavier (et tout autre matériel informatique) à disposition dans un hôpital ne doit pas être un vecteur d’infection ; il doit donc être conçu avec des matières facilement nettoyables, à l’image du verre, du silicone ou du polyester traité pour annihiler tout risque de développement bactériologique et viral.

Concernant le type de clavier, il est préférable d’opter pour une face entièrement tactile, autrement dit sans relief au niveau des touches. De la sorte, il est possible de nettoyer le clavier à l’aide d’une lingette désinfectante en un seule geste, sans compromettre son fonctionnement. Toutefois, ce n’est pas une obligation : en effet, il est possible d’opter pour un clavier médical classique (mécanique) auquel on ajoute une membrane pour le rendre 100% étanche. On ne parle plus alors de clavier tactile, mais de clavier à membranes.

Pour le reste, tout est identique aux claviers traditionnels ; selon les modèles, vous pouvez sélectionner des options en sus, comme des ports USB embarqués, un clavier numérique et des touches programmables (macros). En complément du clavier tactile, il est possible d’équiper la structure de souris partageant les mêmes caractéristiques, idéal en cette période post-COVID-19. Seule votre imagination limite les possibilités !

Les équipements nécessitant une IHM

Erreur trop souvent faite, un clavier n’est pas uniquement un clavier d’ordinateur ! En effet, de nombreux équipements ont besoin d’une IHM (Interface Homme Machine) afin que l’opérateur puisse réaliser ses missions. En outre, les claviers médicaux peuvent être utilisés pour :

  • Les fauteuils de dentiste,
  • Les appareils respiratoires assistés
  • Les pousse-seringue automatiques,
  • Les instruments d’optique,
  • Les télécommandes de lits médicalisés,

Dans ce cas de figure, il est possible de personnaliser le clavier et sa face avant, et ce pour plusieurs raisons. La première, purement pratique, consiste à mettre des indications d’utilisation pour l’opérateur. Cela peut se traduire par des consignes d’utilisation, les fonctions de l’équipement, ou simplement pour apposer un logo. L’autre possibilité est d’apporter une touche esthétique au périphérique. Si le logo est une possibilité, vous pouvez aussi colorer le clavier, en particulier si celui-ci est à usage pédagogique pour accompagner la patientèle dans sa thérapie (ergologue, kinésithérapeute, etc.).

Outre l’habillage, le marquage peut se faire par le biais d’étiquettes apposées, comme pour une plaque de firme ou une plaque de conformité. Discrètes, elles sont réalisées en plastique ou en métal, en fonction de l’environnement direct du périphérique. Comme pour les claviers, elles sont traitées pour pouvoir éviter tout risque de contamination et sont facilement nettoyable grâce à l’impression numérique ou la sérigraphie. À noter que la gravure (qu’elle soit chimique, mécanique ou laser) est déconseillée dans les milieux de santé pour éviter toute transmission et/ou développement de germes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *