Dents de sagesse, que faire pour apaiser la douleur ?

Les dents de sagesse ont souvent du mal à évoluer normalement à cause du manque de place dans l’arcade dentaire. Elles poussent généralement de manière tardive, vers l’âge de 18 ans ou plus, et peuvent être à l’origine de douleurs ou d’infections. Alors, faut-il toujours les retirer ? Quels sont les traitements qui apaisent la douleur ? Tout ce qu’il faut avoir sur les dents de sagesse, dans cet article.

La dent de sagesse, cet invité tardif qui essaye de se frayer un chemin

Chaque arcade dentaire est constituée de deux incisives centrales, deux incisives latérales, deux canines, quatre prémolaires et quatre molaires, disposées de manière symétrique. Ce panorama est quelquefois complété par des dents de sage, situées au fond de l’arcade, et leur place n’est pas toujours prévue.

Ainsi, certaines personnes ont quatre dents de sagesse, d’autres trois, et d’autres pas du tout. Alors que les racines sont visibles dès l’enfance, l’âge moyen d’éruption de ces dents de sagesse se situe vers 17-18 ans. C’est vers l’âge de 25 ans que les dents de sagesse qui trouvent suffisamment de place apparaissent complètement. Elles peuvent pousser de manière incluse, semi-incluse ou éruptée.

Une dent incluse est enclavée dans la mâchoire, sans avoir la possibilité de sortir, et sans se manifester. Elle n’est pas forcément à l’origine de douleurs, mais elle peut causer des gingivites, des migraines ou un enflement de la mâchoire. La dent de sagesse semi-incluse pousse partiellement, avec une partie visible en bouche, et une autre sous la gencive. Quant à la dent éruptée, elle pousse naturellement et pose le même type de problèmes que le reste des dents.

Symptômes et manifestations associés aux dents de sagesse

Les symptômes les plus fréquents associés aux dents de sagesse sont la douleur, les problèmes de gencives,

La douleur peut être ressentie au fond de la bouche tout près des oreilles ou au niveau des mâchoires inférieures et supérieures. L’origine de la douleur, généralement intermittente, est très souvent un avancement de la dent de sagesse dans l’os alvéolaire et la gencive.

Les dents de sagesse peuvent également provoquer des problèmes de gencives, comme les douleurs, les saignements, ou la sensibilité. Ces manifestations sont assez courantes, et faciles à repérer, elles doivent de préférence donner lieu à une visite chez le dentiste, afin d’éviter le risque de parodontite.

Les dents de sagesse semi-incluses sont souvent à l’origine d’infections, et leur prévention passe par des consultations régulières chez le dentiste. Il est notamment recommandé d’aller chez le médecin dans le cas de douleurs, de gonflement des gencives, de rougeur localisée, de mauvais goût dans la bouche, de fièvre, ou de présence d’un kyste. De même, il ne faut pas hésiter à consulter votre praticien si vous ressentez une pulsation auprès des oreilles, une raideur des mâchoires ou des difficultés à ouvrir la bouche.

Astuces en cas de douleurs

En cas de douleurs provoquées par une infection d’une dent de sagesse, il est possible d’avoir recours à certains calmants, en attendant la visite chez le dentiste. Mis à parts les anti-douleurs traditionnels, il existe des remèdes naturels, qui peuvent être efficaces, comme le clou de girofle ou les glaçons.

Le clou de girofle est un antiseptique, anti-inflammatoire et anti-douleur, qui peut soulager la rage de dents, notamment en cas de carie. Il peut être appliqué directement sur la zone douloureuse, ou infusé et utilisé comme bain de douche.

L’eau salée en bain de bouche est également un bon réflexe à adopter en cas de douleurs d’une dent de sagesse. Le sel est en effet un très bon décongestionnant, qui est efficace si la gencive est rouge, gonflée ou douloureuse.

Faut-il extraire les dents de sagesse ?

L’extraction des dents de sagesse n’est pas une opération systématique, mais dans certains cas elle peut être nécessaire. C’est notamment le cas quand leur poussée entraîne un déplacement des autres dents, ou un chevauchement avec les incisives inférieures. L’extraction peut également être envisagée de manière préventive, si la dent de sagesse est semi-incluse et qu’elle se transforme en un nid à bactéries, provoquant des caries.

Dans certains cas, le praticien peut se trouver contraint d’extraire une dent de sagesse, quand elle est trop accolée à une molaire cariée, et que le traitement de cette dernière devient difficile. Il est possible aussi d’extraire une dent de sagesse si elle présente des infections chroniques, même après un traitement antibiotique.

Comment se déroule l’acte d’extraction ?

L’extraction des dents de sagesse est un acte qui peut s’avérer délicat, elle est réalisée par un chirurgien-dentiste ou un spécialiste de la chirurgie buccale, en cabinet ou en clinique. L’opération nécessite la prise d’un antibiotique et d’un anti-inflammatoire après l’intervention, pour réduire l’œdème.

Comme le précise le docteur Augustin Mayo, dentiste à Toulouse, l’extraction peut se dérouler sous anesthésie locale, régionale ou même totale dans de rares cas. Il est possible d’extraire toutes les dents de sagesse d’un coup, ou de procéder en deux temps, une intervention pour chaque côté, afin de faciliter l’alimentation du patient.

A l’issue de l’opération, la personne doit avoir une alimentation adaptée, liquide ou molle, en évitant tout ce qui est chaud, acide ou salé. Le temps de cicatrisation est plus ou moins long selon les patients, leur état de santé général et leur hygiène de vie. L’emploi de poches de glace est également fortement recommandé pour réduire l’inflammation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *