L’herpès circiné : quel traitement ?

Bien que l’herpès circiné porte le nom d’herpès, il n’est pas lié au virus de celui-ci et constitue une affection bien différente et inoffensive. Il s’agit en réalité d’une mycose de la peau bénigne, mais qui a toutefois des conséquences désagréables comme des tâches rouges sur la peau induisant des sensations de démangeaisons. Pour éviter que cette infection se développe et s’étende, il est indispensable de bien la soigner. Il existe heureusement aujourd’hui des traitements efficaces pour en venir aisément.

Les symptômes de l’herpès circiné

L’herpès circiné est une infection plutôt facile à reconnaître, elle se manifeste par l’apparition de tâches arrondies et rouges dont les bords sont généralement constitués de croûtes. En l’absence de traitement, ces tâches erythémato-squameuses vont s’élargir et se développer. Leur intérieur reprendra un aspect tout à fait classique alors que les croûtes disparaîtront des bords pour prendre un aspect rouge et squameux. La peau sera alors constellée de tâches en forme d’anneaux qui vaut à l’herpès de circiné son surnom de roue de la Sainte Catherine. Par ailleurs, ces lésions causent généralement des démangeaisons plus ou moins intenses qui s’avèrent souvent très désagréables. Aussi caractéristiques que soient les lésions, il est néanmoins préférable de consulter un médecin afin de poser le diagnostic. Ce dernier pourra réaliser un examen avec une lampe à ultraviolet pour identifier les champignons à l’origine de l’infection et choisir le traitement en conséquence.

Origine de l’herpès circiné

L’herpès circiné est une mycose se développant à la surface ayant pour origine la prolifération d’un certain type de champignons microscopiques appelés dermotophytes le plus souvent sur les bras et le visage. Ces champignons sont généralement du genre trichophyton. Il existe plusieurs champignons de ce type pouvant être mis en cause dans l’apparition d’un herpès circiné comme le Tricophitumrubrum, le Microsporum canis ou encore le Tricophitum mentagrophyte. Il existe trois grands types de transmission à l’origine du développement de l’herpès circiné : la dermatophyte zoophile, la dermatophyte géophile et la dermatophyte anthropophile. Cette dernière concerne la transmission d’humain à humain et se produit suite à un contact avec une personne déjà infectée. La dermatophyte zoophile quant à elle intervient suite à un contact avec des animaux porteurs de ces champignons, il peut s’agir de bien des animaux domestiques comme les chevaux, les chats, les chiens et bien d’autres. Enfin la dermatophyte géophile résulte d’un contact avec le sol, mais est le cas le moins fréquent déclenchant un herpès circiné.

Traitement de l’herpès circiné

Si la consultation d’un professionnel est indispensable pour poser le diagnostic d’herpès circiné, elle est également préférable pour déterminer le traitement le plus approprié. Ce dernier consiste la plupart du temps en une crème antifongique à appliquer sur les lésions régulièrement selon une posologie indiquée par le médecin. Néanmoins, il est parfois nécessaire d’utiliser des médicaments afin de venir à bout de cette infection. Ainsi, le médecin peut être amené à prescrire des médicaments à base d’amorolfine ou de griséofulzine pour faciliter l’élimination des champignons microscopiques à l’origine de l’herpès circiné. Une fois que celui-ci aura été traité, il est recommandé de mettre en place un certain nombre de mesures de prévention afin d’éviter la récidive. L’accent est ainsi mis sur l’hygiène qui est le facteur clé pour éviter que les champignons ne refassent leur apparition.

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *